Le recrutement des cadres atteint un niveau record en Nouvelle-Aquitaine


Selon l'enquête annuelle de l'Apec, les prévisions de recrutements des cadres en Nouvelle-Aquitaine atteignent un niveau record en 2018.
    Selon l’enquête annuelle de l’Apec, les prévisions de recrutements des cadres en Nouvelle-Aquitaine atteignent un niveau record en 2018. (Crédits : Apec 2018)
Après une croissance de 20 % en 2017, les prévisions d’embauches de cadres en Nouvelle-Aquitaine atteignent un plus haut historique en 2018, selon l’enquête annuelle de l’Apec. Entre 12.000 et 13.500 recrutements sont prévus dans la région notamment pour des fonctions commerciales, de R&D et de production industrielle. A noter également, la pénurie de certains profils tels que les développeurs informatiques, techniciens de maintenance et logisticiens.

« Les prévisions de recrutements des cadres en Nouvelle-Aquitaine sont de haut niveau en 2018 même si certains points de vigilance persistent », résume Danielle Sancier, déléguée territoriale Nouvelle-Aquitaine de l’Apec, au sujet de l’enquête annuelle menée par l’Apec auprès de 11.000 entreprises de la région. Cette étude, fondée sur les déclarations d’intention des recruteurs, fait état de 12.270 à 13.510 embauches de cadres en CDI ou CDD de plus d’un an en Nouvelle-Aquitaine en 2018, soit une hausse de +3 % à +14 % sur un an selon la fourchette retenue.

Des prévisions quasi-identiques à la tendance nationale (entre +3 % et + 13 % d’intentions d’embauche) mais qui interviennent, en Nouvelle-Aquitaine, après une année 2017 déjà particulièrement dynamique avec des recrutements réalisés en hausse de 20 %, soit le double de la croissance nationale (+10 %). Plusieurs facteurs expliquent cette tendance, selon Danielle Sancier :

« La croissance redémarre pour de bon et les investissements des entreprises sont orientés à la hausse. Après avoir rétabli leur trésorerie ces dernières années, il semble que les entreprises se projettent désormais sur des recrutements de performance industrielle et commerciale. Résultat : on franchit dans la région des paliers très intéressants pour atteindre des niveaux de recrutements que l’on avait pas connu depuis des années, c’est-à-dire ceux d’avant la crise de 2009/2010. »

APEC courbe

A l’échelon infra-régional, 63 % des intentions d’embauches sont localisées en Aquitaine (-3 points), 28 % en Poitou-Charentes (+3 points) et 9 % seulement en Limousin. « Le dynamisme du Poitou-Charentes, particulièrement marqué dans les Deux-Sèvres, s’explique notamment par le secteur des assurances et mutuelles, acteurs très présents sur le territoire, qui sont de gros recruteurs de cadres », précise Danielle Sancier.

Par ailleurs, elle note que « les jeunes cadres diplômés tendent à rester davantage dans la région plutôt que de filer en Ile-de-France, par exemple. C’est une tendance qui se confirme depuis deux ans. »

Fonctions commerciales et secteur tertiaire

Les trois fonctions les plus recherchés par les entreprises interrogées sont celles relevant du commercial (18 %), de l’étude et R&D (17 %) et de la production industrielle et de chantier (16 %). « La Nouvelle-Aquitaine est la région française où le poids de la production industrielle est le plus fort », note Danielle Sancier qui précise que ces profils correspondent notamment à des chefs de projet industriel, des encadrants d’équipes de production et des responsables d’ingénierie en usine. Quant à la fonction « étude et R&D », son poids progresse de 5 points en deux ans, « signe de la volonté des entreprises d’investir et d’innover, notamment en matière numérique », selon l’Apec.

 

 

61 % de ces projets d’embauches en Nouvelle-Aquitaine sont issus du secteur tertiaire, 21 % de l’industrie, 9 % de la construction et 9 % du commerce. En termes d’expérience, comme l’an dernier, 53 % des recruteurs visent des profils dotés d’un à dix ans d’expérience. Les nouveaux arrivants sur le marché du travail restent attractifs (17 % des intentions) tandis qu’au-delà de 16 ans d’expérience, seuls 14 % des recruteurs se déclarent intéressés.

 

3.410 créations de postes de cadres en 2017

 

Au total, l’an dernier 3.410 postes de cadres ont été créés dans la région, soit un bond de 70 % par rapport aux 2.000 créations enregistrées en 2016. Dans le détail, 11.880 cadres ont été recrutés (+20 %), ce qui positionne la Nouvelle-Aquitaine dans le top 5 hexagonal. S’y ajoutent 3.900 salariés promus cadre dans le cadre d’une évolution interne (+4 %). Il faut retrancher à ce total les 12.370 démissions, licenciements et départs en retraite (+10 %) pour obtenir le chiffre de la création nette de 3.410 emplois d’encadrants. « Les promotions internes demeurent relativement faibles ce qui laisse à disposition des entreprises un possible réservoir de compétences à valoriser et à former », observe la directrice territoriale de l’Apec.

D’autant que plusieurs secteurs restent largement sous tension face à une pénurie de main d’œuvre qui dure depuis 2016. Ainsi, 47 % des entreprises disent rencontrer des difficultés pour recruter :

« Il y a dans ce total beaucoup de TPE et PME qui pâtissent de l’attractivité des grands groupes et qui ne maîtrisent pas le processus de recrutement. Elles ont besoin d’un accompagnement, notamment de l’Apec, relativise Danielle Sancier. Mais globalement, toutes ces entreprises doivent travailler sur leur attractivité, sur la mobilité interne et sur la formation continue de leurs équipes. C’est un point essentiel. »

Concrètement, les offres d’emploi qui ont le plus de mal à trouver preneurs correspondent aux métiers de l’usine du futur 4.0, aux développeurs web et informatiques, aux techniciens de maintenance, aux logisticiens formés à la transformation numérique et à ses nouveaux outils, aux chefs de projets objets connectés, aux concepteurs 3D et aux social sellers.

Enfin, du côté des anticipations des entreprises pour l’avenir, 10 % des sociétés néo-aquitaines interrogées prévoient une hausse de leurs effectifs de cadres tandis que 4 % tablent sur une baisse. Des chiffres en ligne avec la tendance nationale. Au niveau départemental, l’optimisme est au rendez-vous dans les Deux-Sèvres (18 % de prévisions à la hausse) et en Gironde (12 %) ainsi qu’en Charente, Charente-Maritime, Dordogne et Corrèze (11 %). Cependant, les prévisions de baisse d’effectifs sont également de 8 % en Dordogne et en Corrèze mais de seulement 2 % en Gironde.