Numérique: Acensi s’implante à Bordeaux et va recruter 70 personnes


 

C’est un puissant groupe de 1 000 personnes, qui s’installe sur les bords de Garonne, et crée une filiale, ayant vocation à devenir la deuxième agence locale du groupe. 40 embauches sont prévues d’ici à 2019

« Nous avons choisi de nous installer à Bordeaux en raison du dynamisme de l’écosystème et de l’attractivité de la ville pour recruter de nouveaux talents. Mais aussi, parce que les deux fondateurs d’Acensi sont originaires de la région bordelaise », explique Fabien Assemat, le patron de l’agence bordelaise, qui a effectué ses études à l’Inseec Bordeaux.
Tirée par une croissance de 20% par an depuis 2012, la société, spécialisée dans la transformation numérique pour les télécoms et le secteur financier, a besoin d’étoffer son maillage national. Jusque-là, elle était implantée à Nantes, Lille, Orléans, Lyon, Tours et Paris, où est installé son siège social. Le groupe est également présent à l’international depuis 2012, en Belgique, au Canada, Tunisie, Maroc.

En quinze ans, cette entreprise indépendante a su créer 1 000 emplois par croissance organique et affiche aujourd’hui 90 millions d’euros de chiffre d’affaires. Avec l’ambition d’atteindre le cap des 100 millions d’euros cette année. « Notre force est d’être entre les grands cabinets de conseil et les SSII », met en avant Fabien Assemat.

Bordeaux a vocation à devenir la 2e agence d’Acensi en France. Car, « ici, nous avons déjà de nombreux clients locaux, souvent des filiales de grands groupes (Orange, BNP Paribas, Suez…) », précise-t-il.

A Bordeaux, Acensi entend se développer auprès des entreprises de taille intermédiaire locales issues du secteur tertiaire – énergie, banque, e-commerce – particulièrement concernées par les mutations technologiques. « Nos prestations vont du conseil au développement d’applications, en passant par le maintien des infrastructures informatiques. Nous accompagnons également nos clients sur les nouvelles contraintes réglementaires et répondons à l’ensemble de leurs besoins en termes de transformation digitale », indique David Comble, président d’Acensi.

Pour l’heure, l’agence bordelaise, ouverte depuis avril, ne compte encore que 10 salariés. Mais, ses effectifs vont rapidement s’étoffer. La société va ouvrir 40 postes d’ici à 2019 sur les bords de Garonne, et souhaite à terme constituer une équipe bordelaise de 70 collaborateurs pour 2020 sur tous les cœurs de métiers d’Acensi autour de l’agilité, la technologie et la business intelligence.

« Nous cherchons à̀ attirer principalement des profils de développeur web ayant entre 3 et 5 ans d’expérience, même si, au regard des difficultés de recrutement sur un marché local en tension, nous acceptons des juniors », précise Fabien Assemat. « Bon nombre d’offres ne sont pas encore pourvues malgré́ l’attractivité́ de la ville de Bordeaux« , constate-t-il.

.                                                                          Fabien Assemat gérant ACENSI Sud-Ouest

Pourtant, les salaires proposés se situent autour de 30 000 euros par an pour un junior, et entre 34 000 et 40 000 euros pour des profils plus confirmés. Pour séduire vis-à-vis d’autres grandes entreprises implantées à Bordeaux (Betclic, Ubisoft….), Acensi met en avant ses formations certifiantes délivrées à son personnel.

Plus globalement, pour remédier à la pénurie de candidats, un partenariat a été noué avec la Wild Code School Bordeaux qui propose aux étudiants, salariés en reconversion ou demandeurs d’emploi une formation au développement web pointue et accélérée. « Cette école représente un vivier de diplômés particulièrement précieux pour Acensi qui renforce ainsi son ancrage et son investissement au niveau local », insiste Fabien Assemat.

 

www.sudouesteco.fr