Les embauches de cadres en plein boom


Depuis la création du baromètre, la proportion des entreprises à déclarer avoir recruté un cadre n’a jamais été aussi élevée explique l'APEC.
Le dernier baromètre de l’Apec indique que 63% des entreprises interrogées ont recruté un cadre au cours du troisième trimestre 2018. Ce record pourrait encore amplifier les difficultés des entreprises à embaucher.

Le marché du travail pour les plus qualifiés reste très dynamique. D’après la dernière enquête de l’Association pour l’emploi des cadres (APEC), les entreprises n’ont jamais autant recruté de cadres. Elles sont 63% à avoir recruté au moins un profil de ce type entre juillet et septembre, soit trois points de plus que sur la même période un an auparavant et un point de plus que lors du trimestre précédent.

Ces résultats très favorables illustrent un marché de l’emploi dynamique pour les postes de cadres alors que la croissance a fortement ralenti au cours du premier semestre 2018. La montée des prix du pétrole, l’appréciation du dollar face à l’euro dans un contexte de montée des tensions protectionnistes ont eu un impact sur la croissance des pays de la zone euro. Le coup de frein de l’économie tricolore n’a pas empêché les chefs d’entreprise de recruter à tour de bras des profils qualifiés.

Une embellie continue

Depuis le dernier trimestre 2017, la part des entreprises ayant déclaré une embauche de cadres ne cesse de s’amplifier. « Elle se situe à un niveau historiquement haut et aussi à un niveau plus élevé que les prévisions émises par les entreprises (56 %) le trimestre précédent. »  Par secteur, cette forte tendance aux recrutements est portée par les activités informatiques, l’ingénierie en recherche et développement et le rebond du conseil et services aux entreprises. En revanche, l’industrie présente une légère baisse des recrutements de cadres. « Ainsi, 67 % des entreprises ont recruté au moins un cadre au troisième trimestre 2018, soit une baisse de deux points par rapport à l’an passé à la même période. » Les auteurs de la note expliquent que les recrutements sont peut-être freinés par les difficultés que rencontre le secteur pour trouver certains profils.

Les entreprises interrogées sont plus nombreuses qu’en septembre 2017 à déclarer qu’elles évoluent dans environnement économique plus favorable (29% contre 27%). Celles qui sont les plus pessimistes demeurent au même niveau. 13% estiment que leur situation économique s’est dégradée tandis que six entreprises sur dix « déclarent évoluer dans un environnement stable. » Dans les résultats du baromètre, deux secteurs se démarquent particulièrement : la construction et les activités informatiques avec, respectivement, 46% et 48% de leurs entreprises qui se déclarent optimistes. A l’opposé, le secteur de la banque et de l’assurance est beaucoup plus pessimiste. 75% des chefs d’entreprise interrogés pensent que leur situation économique est stable par rapport à l’année précédente et seulement 19% ont vu leur situation s’améliorer.

Des perspectives favorables

Concernant les perspectives, les entreprises interrogées au cours du mois de septembre dernier sont plus nombreuses à indiquer qu’elles prévoient de recruter par rapport à septembre 2017 (57% contre 55%). Les chefs d’entreprise expliquent en majorité (53% contre 47% en septembre 2017) que le remplacement des départs (turn-over et départs à la retraite) représentent les premiers motifs des recrutements de cadres envisagés au cours du dernier trimestre 2018.

Le ralentissement de l’économie tricolore semble avoir été pris en compte par les chefs d’entreprise. En effet, la part des répondants indiquant des embauches liées au développement de l’activité est en baisse passant de 26% à 23%. Enfin, la part des entreprises envisageant un recrutement en raison d’une réorganisation interne est également en diminution sur un an (17% contre 14%).

Les entreprises à la recherche de cadres confirmés

Globalement, tous les profils de cadres en termes d’expérience sont recherchés par les patrons interrogés à l’exception des jeunes cadres qui ont entre un et cinq ans d’expérience. Dans le détail, les entreprises continuent de cibler en priorité les cadres confirmés avec cinq ou dix ans d’expérience.

« En effet, neuf entreprises sur dix déclarent envisager de les recruter, soit une progression de quatre points par rapport à l’an passé à la même période. » Par ailleurs, plus de huit entreprises sur dix se déclarent ouvertes à l’embauche de jeunes cadres ayant entre un an et cinq ans d’expérience. Enfin, la recherche de cadres plus expérimentés est également en hausse que ce soit pour les cadres confirmés qui ont entre 10 et 20 ans d’expérience ou pour ceux qui ont une expérience supérieure à 20 ans.

Des pénuries au sommet

Les derniers résultats de l’enquête indiquent que les offres d’emploi confiées à l’Apec ont attiré en moyenne 29 candidatures contre 34 à la même période un an auparavant. Cette baisse traduit un regain de tensions sur le marché de l’emploi des cadres et de réelles difficultés pour les employeurs souvent confrontés à des pénuries de main d’oeuvre. Les plus fortes tensions sont particulièrement visibles dans le secteur de l’informatique.

Les offres d’emploi relatives à ce secteur sont celles qui reçoivent le moins de candidatures avec 17 curriculum vitae en moyenne, soit le niveau le plus bas enregistré jusqu’à présent selon l’Apec. Les offres pour de la recherche et développement récoltent également très peu de candidatures (19) tout comme celles en santé-social-culture (21). A l’inverse, les propositions relatives à la communication et à la création sont celles qui attirent le plus de postulants (63 en moyenne).