ADECCO a pour mission de recruter autrement


En 2017, 100.000 missions n'ont pu pourvues groupe Adecco, faute compétences disponibles.
En 2017, 100.000 missions n’ont pu être pourvues par le groupe Adecco, faute de compétences disponibles. – ONLY FRANCE

 Le groupe continue d’accompagner les mutations du monde du travail en multipliant les initiatives de formation.

Revalorisation des « soft skills » , data analytics pour identifier les filières professionnelles porteuses, ou encore création d’une plate-forme pour donner une impulsion au travail en free-lance… Adecco, leader historique sur le marché du travail intérimaire, continue à bousculer les méthodes de recrutement et à innover sur le plan de la formation des demandeurs d’emploi.

Si le nombre de travailleurs intérimaires n’a pas significativement augmenté ces dernières années, ce type d’emploi connaît néanmoins des transformations importantes. « L’intérim représente une part stable de l’emploi salarié en France : entre 3 % et 4 % depuis une trentaine d’années. Mais le secteur connaît des mutations importantes. Nous constatons par exemple une progression du niveau de qualifications des intérimaires », souligne Christophe Catoir, président France de The Adecco Group.

Compétences techniques et comportementales

Pourtant, le constat est sans appel : en 2017, 100.000 missions n’ont pu être pourvues par le groupe Adecco, faute de compétences disponibles. En effet, dans de nombreuses filières d’activité, la formation initiale suivie par les candidats ne correspond pas aux besoins des entreprises. Plus diplômés que par le passé, ils ne seraient pour autant pas toujours mieux préparés à s’intégrer sur le marché du travail. « La formation initiale est très axée sur le savoir ; or les entreprises recherchent des compétences techniques mais également comportementales. C’est pour cette raison que nous avons fait le pari de l’alternance en créant la Grande Ecole de l’alternance », explique Christophe Catoir.

Créé en 2016, cet organisme a déjà formé 11.000 candidats depuis son ouverture. Il propose des formations au sein de 17 filières métiers (transport, logistique, aéronautique, BTP…). « Des formations qui permettent de couvrir 80 % des secteurs concernés par la pénurie de candidats. Nous avons pu établir ces filières grâce aux outils d’Adecco Analytics, notre division consacrée au traitement algorithmique des données du marché de l’emploi », précise Christophe Catoir.

Recruter sur le potentiel

C’est sur leur potentiel, et notamment la capacité à apprendre et à s’adapter, que sont recrutés les candidats formés via la Grande Ecole de l’alternance.  La revalorisation du potentiel et des « soft skills » est au coeur des méthodes de recrutement d’Adecco. Le groupe a ainsi développé, avec emlyon business school, un test permettant d’évaluer le quotient émotionnel des candidats. Initialement destiné aux managers, il est désormais utilisé pour tous les profils de candidats. « La capacité à travailler en équipe, à s’adapter à des environnements complexes… Ces compétences sont désormais requises pour tous les profils de candidats, pas seulement les cadres. Il est indispensable de savoir recruter sur des potentiels et pas uniquement sur des compétences techniques ou des diplômes », souligne Christophe Catoir.

Préparer l’avenir

S’illustrant comme un acteur de poids dans le domaine de la formation, l’activité du groupe Adecco s’est diversifiée. Il ne s’agit plus simplement de recruter des travailleurs en contrat intérimaire, mais également un nombre croissant de postes pour des contrats longue durée.

Adecco a également donné une impulsion au travail en free-lance en créant en 2017 la plate-forme YOSS. Le principe : mettre en relation free-lances et grands groupes tout en fournissant aux personnes inscrites sur la plate-forme des services « à la demande » (assurance, formation, conseil juridique).

Le groupe souhaite aussi accompagner  la formation d’un nombre croissant de professionnels à ses méthodes de recrutement innovantes. Il a donc choisi de créer son propre centre de formation d’apprentis (CFA) axé sur les métiers du recrutement pour former ses collaborateurs, ses clients et les jeunes diplômés qui se destinent à une carrière dans le recrutement. « Notre ambition est également de faire de ce premier CFA un véritable lieu de recherche et développement consacré au recrutement. Le monde du travail est en mutation, il est urgent de faire bouger les lignes et de recruter autrement », souligne Christophe Catoir

http://business.lesechos.fr