gérer votre stress avant un entretien de recrutement


Mains moites, transpiration, nausée, mal de ventre et même crise de spasmophilie, autant de symptômes normaux du stress ressenti avant un entretien de recrutement. Découvrez comment retrouver la maîtrise de soi.

Le stress, ou syndrome général d’adaptation

Le stress, ou syndrome général d’adaptation, en anglais pression émotionnelle, de l’ancien français détresse, est l’ensemble des réponses de votre organisme soumis à des pressions ou contraintes de la part de son environnement, dépendant de la perception des dites pressions que vous en avez.

La définition médicale : séquence complexe d’événements se traduisant par des réponses  physiologiques et psychosomatiques. On distingue le stress positif (eu stress en anglais) et le stress négatif (distress). Il faut différencier le stress de l’anxiété qui est une émotion avec des symptômes très gênants avant et surtout pendant un entretien de recrutement. Heureusement, il existe une multitude d’astuces pour les gérer au mieux.

Préparation du guerrier

La veille d’un entretien important, détendez-vous. On conseille aux étudiants de ne jamais réviser la veille d’un examen, adaptez ce précepte à votre propre situation. Bain relaxant, repas léger et bonne nuit de sommeil sont des alliés pour être en pleine forme le lendemain. Evitez les psychotropes et préférez leur une tisane ou un lait chaud pour aider l’endormissement.

Utiliser la pensée positive

Si vous avez bien préparé votre entretien, si vous vous êtes bien renseigné sur l’entreprise et surtout sur votre interlocuteur (sites et réseaux sociaux sont là pour cela), vous connaissez votre sujet et êtes prêt à répondre à toute éventualité : question inattendue, intervention extérieure… et surtout à poser les bonnes questions. Vous serez le plus souvent apprécié plus par la pertinence de vos questions que par celle de vos réponses. Pensez de manière positive : vous êtes tout aussi compétent qu’un autre, et gardez un moral de vainqueur. Avant l’entretien, ménagez-vous un moment au calme, concentrez-vous sur votre corps, et respirez profondément par le ventre.

Comprendre l’origine de votre stress

Pour le maîtriser, il faut le comprendre. En fait, ce n’est pas l’entretien en lui-même qui vous stresse, mais les pensées négatives que vous développez autour : je ne vais pas être assez performant, pas qualifié, je vais dire n’importe quoi… Peur du regard des autres, d’être évalué et dévalué, tout cela est humain mais ne doit pas vous empêcher de rester dans un schéma positif.

Agir, le meilleur des anti-stress

Mieux vaut agir que réagir, de la même manière que l’exercice physique aide à évacuer l’anxiété, l’entretien doit être pris comme une action que vous dirigez, ce qui diminue voire fait oublier le stress.

10 basiques pour garder la main pendant l’entretien

– votre présentation : costume, robe ou ensemble, coiffure, cravate, etc. tout en cohérence avec l’activité de l’entreprise et le poste recherché.
– votre poignée de main : franche et énergique, on vous estimera  a priori direct, spontané, dynamique.
– devancer les réponses aux questions habituelles sur le motif de départ par exemple.
– poser des questions pertinentes sans gêner votre interlocuteur sur la nature du poste, la raison du recrutement.
– poser encore des questions sur les objectifs de la société, sa stratégie, sa politique RH… les personnes en relation avec le poste, l’intégration au sein de l’équipe.
– demander à la personne les responsabilités qu’elle occupe au sein de l’entreprise.
– montrer de l’intérêt pour le poste proposé sans outre mesure, juste ce qu’il faut.
– démontrer que votre acquis professionnel peut se décliner aisément dans l’intérêt de l’entreprise
– éviter de réciter votre CV, et donner l’impression que vous savez ce que vous cherchez, et étudiez d’autres opportunités
– demander sur quels critères sera choisi le candidat et dans quel délai la décision sera prise tout en indiquant votre propre délai de réflexion.