Banque Casino recrute 55 CDI à Bordeaux et Niort


Marc Lanvin, directeur général adjoint de Banque Casino depuis mars 2017.
Marc Lanvin, directeur général adjoint de Banque Casino depuis mars 2017. (Crédits : Banque Casino)
Banque Casino, filiale du Groupe Casino et du Crédit Mutuel CIC, est implantée à Bordeaux et Chauray, près de Niort. Spécialisée dans les moyens de paiement auprès des acteurs du e-commerce et des particuliers, elle annonce le recrutement de 25 CDI au siège bordelais et de 30 CDI au sein de son équipe de recouvrement dans les Deux-Sèvres.

Créée en 2001 et détenue depuis 2012 à part égale par le Groupe Casino et le Crédit Mutuel CIC, Banque Casino se positionne au croisement des établissements bancaires traditionnels et de la vague récente des néo-banques. Son activité, entièrement en ligne, se concentre sur les moyens et facilités de paiement tant en direction des consommateurs particuliers que des sites e-commerce. Banque Casino travaille ainsi main dans la main avec son imposant cousin Cdiscount, également filiale du Groupe Casino, avec lequel elle partage ses locaux bordelais.

550.000 cartes bancaires en circulation

« Nous ne proposons pas de comptes courants aux particuliers mais des cartes bancaires et des produits d’assurance. Fin 2018, nous comptions 2,7 millions de clients et 550.000 cartes bancaires en circulation », précise Marc Lanvin, le directeur général adjoint de Banque Casino. Dotée d’une application dédiée, cette carte bleue permet notamment de sélectionner le paiement comptant ou à crédit a posteriori de l’achat et de cumuler 1 % de ses dépenses en bon d’achat à dépenser auprès… de Cdiscount ! La banque a distribué 150.000 nouvelles cartes en 2018 et compte convaincre 200.000 nouveaux clients cette année, soit une croissance annuelle de 37 %. D’autant que les activités BtoC et BtoB de Banque Casino se nourrissent mutuellement : plus le parc de cartes bancaires est important, plus les e-commerçants ont intérêt à s’associer aux facilités de paiement connexes, et inversement.

Car l’autre activité phare de l’entreprise concerne en effet les facilités de paiement proposées aux sites d’e-commerce, tels que, par exemple dans la région, Loisirs Enchères, 1001pneus (racheté fin 2018 par Cdiscount) ou encore Sports Aventure« Nous fournissons à 80 e-commerçants de France notre solution de paiement en quatre fois qui est un véritable apport de business puisqu’elle permet, en général, d’augmenter leur activité de l’ordre de 15 % toutes choses égales par ailleurs », assure Marc Lanvin. « En volume, le paiement fractionné en quatre fois devrait être proche d’atteindre les 2 milliards d’euros sur l’année 2019 », ajoute-t-il.

55 CDI à pourvoir et un déménagement

Pour accompagner ce développement commercial, la filiale du Groupe Casino doit à nouveau étoffer ses équipes qui sont installées en quasi-totalité en Gironde et dans les Deux-Sèvres. Son siège et 200 salariés sont à Bordeaux (150 CDI et une cinquantaine de prestataires) tandis que son équipe de recouvrement est basée à Chauray, dans l’agglomération niortaise. A Bordeaux, environ 25 recrutements en CDI sont programmés en 2019. Il s’agit de spécialistes du marketing digital et du référencement (SEO, SEA, réseaux sociaux, etc.), d’analystes de données et de data scientists ainsi que des profils, plutôt expérimentés, pour muscler l’équipe de six personnes dédiée à la lutte contre la fraude en ligne. S’y ajoutent des développeurs informatiques et des chefs de projets. A Niort, les recrutements concernent des conseillers clientèle et recouvrement.

Face à l’inflation de ses effectifs bordelais, Banque Casino prévoit de déménager au second semestre 2019 dans de nouveaux locaux, toujours dans le quartier des Bassins à flot, à quelques centaines de mètres au nord-ouest dans le hangar G7. La banque devrait y occuper 1.700 m2 contre 900 m2 actuellement.

Coup de pouce, Europe et Apple Pay

S’agissant des projets pour 2019 et 2020, Marc Lanvin évoque plusieurs directions pour Banque Casino. La poursuite des facilités de paiement et des crédits « coup de pouce » – lancés en 2017, ils permettent d’obtenir un prêt jusqu’à 1.500 € en quelques minutes, 150.000 coups de pouces ont été distribués – le paiement mobile, notamment via ApplePay, jugé incontournable, et le déploiement en dehors de France. « On regarde ce qui se fait chez nos voisins européens. On souhaiterait avancer vite, dès 2019 si possible, mais le sujet est complexe car chaque pays a des dispositions légales propres en matière de crédit et qu’il faut avoir des équipes de recouvrement sur place », précise Marc Lanvin.